CRÉATION LITTÉRAIRE, ÉCRITURE

Marina Bellefaye

CRÉATIONS SONORES & MUSICALES

Eddie Ladoire

VOIX

Isabelle Fruleux

CENTRE D'ART SAPCEJUNK BAYONNE

Points de vue sur Bayonne

« LES ESPRITS DU PALAIS » – Saison 1 – 7 épisodes

Parcours sonore

A PROPOS

Commandés par le Centre d’art Spacejunk Bayonne , « Points de vue sur Saint-Esprit, terre d’accueil »

Mettre en avant ici la commande, ici un lien par exemple.

a été inauguré en 2020 lors de la 4ème édition du festival Points de vue, suivi de « Points de vue sur Bayonne, histoire(s) au fil de l’eau » lancé pour les Journées Européennes du Patrimoine 2021 et se complètera par « Points de vue sur les Hauts de Bayonne » qui verra le jour en juin 2022.

CLIENT

Spacejunk Bayonne

PROJET

Parcours sonore

Podcast du Palais de la Découverte

DATE

2020

Le parcours

Né en 2007, le centre d’art Spacejunk initie dix ans après sa création, le festival Points de vue : des fresques murales monumentales et des interventions artistiques plus discrètes disséminées à ciel ouvert dans différents quartiers, offrant à Bayonne un panorama de l’art urbain international.

 

Depuis les bords de l’Adour dans le cœur historique jusque sur les hauteurs de la ville, les trois parcours sonores invitent à la découverte de cette collection d’œuvres street art et révèlent toute la richesse patrimoniale de Bayonne.

La première balade, intitulée « Saint Esprit, terre d’accueil », lie les fresques à l’histoire du quartier multiculturel de Saint Esprit (quartier de la gare, point d’étape des pèlerins de Compostelle, quartier d’accueil de différentes vagues de migrations du Moyen-Âge à nos jours) et à son patrimoine (villas Art Déco du bord de l’Adour, chalets, infrastructures portuaires du port de Bayonne). Lors d’un voyage dans l’espace et dans le temps, l’auditeur suit un pèlerin et qui propose d’entendre des langues et des voix multiples : celles d’artistes invités à réaliser les fresques, de religieux des Hospitaliers du Saint Esprit, de pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, de juifs séfarades chassés d’Espagne ou du Portugal qui développèrent la tradition chocolatière de Bayonne, de commerçants, de voyageurs et de migrants d’hier et d’aujourd’hui, celle du chanteur basque Beñat Achiary. 

La seconde balade, intitulée « Bayonne : Histoire(s) au fil de l’eau », invite à traverser l’Adour, du quartier Saint Esprit au Petit Bayonne, le cœur historique de la ville, au rythme trépidant d’un récit de voyage entre l’ici et l’ailleurs, le passé et le présent. Les gestes et les intentions des artistes se font le reflet de la culture et de l’identité basque. On retrouve quelques voix locales, dont celle du ténor basque Gorka Roblès pour évoquer les arènes et les taureaux. Grands faits historiques et petites histoires de quartiers s’entrecroisent tout au long de ce parcours singulier, entre terre et fleuve.

La troisième balade traitera les quartiers Bas et Hauts-de-Sainte-Croix, dont la construction marque l’entrée de la ville dans la modernité des années 60. Issu de l’école du Bauhaus, l’architecture Marcel Breuer y propose un vaste programme associant aménagement urbain et grands ensembles d’habitation. Ce parcours sera produit avec les habitants du quartier au cours d’ateliers d’écriture menés par des artistes et des intervenants d’Unendliche Studio.

Cette cartographie sonore sera valorisée en 2022 par ville de Bayonne au travers d’une signalétique dédiée, intégrée à la signalétique globale de la ville, comprenant la pose de 22 cartels permanents sur les œuvres des trois quartiers dotés de QR codes menant à une page web sur le site Internet de la ville, ainsi qu’un totem à deux faces présentant les parcours, accompagné de plaques murales matérialisant les points de départ. Ceci se complète par l’édition de brochures thématiques selon les « fils narratifs » proposés par la ville, et de plans où les tracés seront matérialisés. Destinés aux offices de tourisme et au CIAP, ces supports de communication physiques viennent en complément de ceux réalisés par l’association commanditaire (cartes postales et kakémono).

point-de-vue-bayonne_02

Les artistes

Marina Bellefaye (Création littéraire) est née en 1983. Une formation à l’école des Beaux-arts de Bordeaux. L’écriture prend place. La fabrication d’instantanés par le texte. Par une écriture tenue, très détaillée, ou une écriture en creux, faite de trous, de manques, de blancs, tenter de faire état de. Tout simplement dire et témoigner d’une réalité qui est là, sous nos yeux. Marina Bellefaye prélève des détails, des fragments du réel, se concentre habituellement sur l’infime. Focalisant son attention sur les petits gestes, captant des moments d’apparente banalité, elle fait apparaître des images par l’écriture qui donne à voir cet extrait de réel. Des textes comme une nouvelle perception par des mots qui disent des choses, sans les expliquer, des mots qui délimitent un regard changeant. Regarder comme fabriquer des images. Chaque fois, c’est une composition par montage, une recomposition. Cette démarche fait écho à celle du plasticien sonore Eddie Ladoire, habitué lui aussi à créer des images suggérées par le son.

Isabelle Fruleux (Voix). Prix d’interprétation pour son rôle principal dans « Pour la nuit », d’I. Boni-Claverie, fiction récompensée dans les festivals internationaux (Locarno, Amiens, African New York Film…), elle tourne pour Laurent Firode, Eric Rochant, Didier Albert, J.Incardona/C.Bron. Au théâtre (MC93 Bobigny, Cartoucherie de Vincennes, Festival d’Avignon…), elle joue notamment pour l’auteur et metteur en scène Jean-René Lemoine (Grand Prix SACD de la dramaturgie de langue française).  Sa première création théâtrale « Dans le regard de Lou », programmée notamment au Centre Pompidou (Paris), précède « Le frémissement du monde » créée au Festival Culturel de Fort de France (Martinique) et programmée au Quai Branly puis en tournée (France, Guyane, Egypte…). Après un duo sur la poésie d’Aimé Césaire avec le pianiste jazz Alain Jean-Marie et une mise en scène orchestrale du poème d’Edouard Glissant, « Les Indes », au théâtre Antoine Vitez d’Ivry, Isabelle Fruleux est actuellement en cours d’une création scénique et musicale de « Frères migrants », texte de Patrick Chamoiseau qui paraît aux éditions du Seuil, en mai 2017.

Eddie Ladoire (composition musicale, design sonore, montage, mastering), ayant suivi un double parcours aux arts appliqués et en musique électroacoustique au conservatoire, est à la fois plasticien et compositeur. Cet artiste-activiste est aussi à l’aise dans ses projets d’expositions où le rapport à l’intime est omniprésent, que dans ses productions sonores où il nous invite à repenser nos rapports au son, à l’écoute, à l’espace et au paysage. Auteur de pièces radiophoniques et de cartes postales sonores, il a aussi exposé dans de nombreux centres d’art ou manifestations d’art contemporain en France et à l’étranger. Ici, l’artiste révèle l’identité sonore de chaque espace traversé. S’appuyant sur la singularité de chaque lieu, son œuvre musicale dévoile les images suggérées d’un paysage sonore.

point-de-vue-bayonne_04
point-de-vue-bayonne_03
spacejunk

Un projet ?

© Unendliche Studio - 2022

© Unendliche Studio - 2022

© Unendliche Studio - 2022

Back to top Arrow
View